SONDAGES     VEDETTE     TELE

Présentement EN FEU


Un diagnostic qui a simplifié la vie de l'animatrice Anaïs Favron


PUBLICATION
Maude Montplaisir
23 août 2023  (10h59)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS



Le magazine 7 Jours rapporte l'histoire de l'animatrice, Anaïs Favron, qui a toujours ressenti sa différence vis-à-vis des autres.

Récemment diagnostiquée, elle a découvert qu'elle possède un haut potentiel intellectuel (HPI) après des tests:
« La douance concerne quelqu'un qui a un quotient intellectuel plus élevé que la moyenne, mais qui a aussi de la difficulté à bien le gérer. Ça vient souvent avec une hypersensibilité au son et/ou à la lumière, des problèmes de justice, des difficultés dans les relations sociales... L'autisme Asperger est, par exemple, une douance avec de l'autisme. Un enfant qui a de la misère à lire et à écrire à l'école peut aussi être en douance, mais on va souvent passer à côté. Il y a beaucoup de gens doués qui ne finissent pas leurs études, parce que lorsqu'on ne rentre pas dans un moule, on pense juste qu'on n'est pas bon ni intelligent, et on décroche », a-t-elle dit.

Au début, elle pensait souffrir d'un trouble du spectre de l'autisme, mais elle a finalement décidé de consulter une neuropsychologue spécialisée en douance.
Ce diagnostic a bouleversé ses préjugés sur la douance. Anaïs Favron éprouve des défis liés à son HPI, notamment dans les foules et dans les environnements bruyants ou lumineux:
« Je ne suis jamais sortie dans un bar, je n'ai jamais eu de Walkman. Je doute énormément, je fais beaucoup d'anxiété. J'ai peur de plein de choses, je suis hyper perfectionniste, et on sait qu'être perfectionniste n'est pas nécessairement une qualité. Parfois, je vais m'empêcher de faire quelque chose de peur que ça se passe mal. J'ai refusé des offres d'emploi de peur que ça ne fonctionne pas, j'ai été stressée toute ma vie pour plein de choses. Il n'y a pas deux doués pareils. En même temps, peu importe ce que j'essaie, je suis quand même bonne dans tout. J'observe beaucoup. Mais je n'ai jamais excellé en rien parce que je ne suis pas capable de ne faire qu'une seule chose. Pour moi, la douance, ça évoquait des petits génies à l'école et ça venait avec un petit côté prétentieux. Mais ce n'est tellement pas ça ! Oui, j'ai un bon QI, mais je n'ai pas les émotions pour être capable de bien le gérer. Si j'avais su ça avant, j'aurais travaillé moins, j'aurais fait plus attention à moi, je ne me serais pas forcée à agir comme tout le monde. Aujourd'hui, je m'écoute plus, je me donne plus de chances. J'arrête de me taper dessus et de me juger. La douance joue beaucoup sur l'estime de soi, chose que j'ai réussi à contourner grâce à mes parents, au sport et à l'art. Le conseil que je donne aux parents d'enfants doués, c'est de les aider à trouver leur passion, peu importe ce que c'est », a-t-dit en terminant.

Pour lire l'article complet du magazine 7 Jours, c'est juste ICI.
Source: Monde de Stars
SONDAGE
23 AOUT   |   32 RÉPONSES
Un diagnostic qui a simplifié la vie de l'animatrice Anaïs Favron

Aviez-vous apprécié Anaïs Favron dans le rôle du Fou du roi à TLMEP?

Oui1134.4 %
Bof928.1 %
Non1237.5 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques

SPOTTEDNEWSQC.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS